Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce blog a été créé le 24/10/2005 et mis à jour en 2017.

Rechercher

29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 20:48

 

 Notation des films (page 17)

 

Safari {2008}: 13 -10 -17 -12 = 13 / 20 (L'enveloppe de ce film est magnifique : bonne idée, image magnifique, bonne réalisation...manque "juste" la partie humour -casting et textes moyens- contrairement à Astérix : Mission Cléopâtre. Omar en canadien est le meilleur gag. C'est donc raté avec les honneurs).

 

Safe House {1998}: 11 -07 -13 -14 = 11.25 / 20 (Le film est tellement inconnu que son nom français sur la jaquette est "Paranoïa" et dans le film "Compte à rebours"! C'est un peu bizarre comme histoire, à la croisée maladroite de plusieurs genres et malgré cette originalité sans grand intérêt).

 

Saint Jacques La Mecque {2004}: 13 -18 -13 -11 = 13.75 / 20 (sur base de "Les 3 Frères" et "Les randonneurs", le film explore le thème classique du parcours initiatique. Très bien écrit, mais en partie plombé par l'interprétation des 4 jeunes acteurs de la troupe ainsi que par quelques maladresses de mise en scène).

 

Saint Laurent {2014}: 10 -07 -13 -14 = 11 --> 10 / 20 (-1.Une grande tranche de vide prétentieuse de plus de 2h30.Généralement, une biographie permet d'apprendre sur un personnage; on a l'impression ici qu'à part la drogue et ses penchants homosexuels il n'a pas fait grand chose de sa vie. Si c'est la seule chose à raconter c'était inutile d'en faire un film  ne parlons pas de 2, : je n'ai pas vu l'autre...).

 

Salt {2010}: 11 -13 -14 -16 = 13.5 --> 12.5 / 20 (-1. Scénario insipide, volonté mal cachée de se calquer sur la trilogie Jason Bourne, c'est un des nombreux films d'action qui se laissent voir une fois avant oubli. La scène dans l'ascenseur est un summum d'"invraisemblabilité").

 

Samba {2014}: 11 -10 -12 -12 =  11.25 / 20 (C'est gentiment naïf et pétri de démagogie sur une succession de scènes convenues et prévisibles. Omar -surcoté depuis Intouchable- fait du Omar, comme Charlotte qui n'apporte rien de neuf et seule l'arrivée de Tahar Rahim tire autant que possible vers le haut les scènes dans lesquelles il apparaît. Au final, un film familial sympathique du Dimanche soir.).

 

Samsara{2013}: Sans objet --> 12 / 20 (Je vais être nettement moins dithyrambique que pour Baraka : on a un enchaînement d'images certes très belles mais cette sélection hétérogène est assemblée sans aucun fil conducteur et on se demande finalement à quoi bon. Dommage).

 

Sanctum {2011}: 05 -06 -12 -12 =  8.75 / 20 (Ca a beau être produit par James Cameron et être en 3D, c'est assez banal et moyennement captivant).

 

Sans Identité {2011}: 12 -15 -17 -15 = 14.75/ 20 (Croisement assumé [et annoncé] entre Taken et Jason Bourne; ce produit répond exactement au cahier des charges et constitue un divertissement tout à fait recommandable, l'"originalité" des 2 sources en moins).

 

Sans laisser de traces {2010}: 14 -12 -15 -15 = 14/ 20 (Ambiance tendue tout au long de ce sympathique thriller dont on imagine en partie le déroulement sans que cela trop pénalisant sur l'intérêt d'autant que le casting est de bon niveau).

 

Sarah Connor's Cronicles {2008}: 13 -16 -15 -15 = 14.75/ 20 (Une très belle réussite fidèle à la saga Terminator : un rapport qualité/coût optimum : la série développe à la fois les relations mère/fils initiées par les films, ce qui coûte peu et des robots et scènes de destructions avec un équilibre parfais. Les acteurs sont choisis avec le même soin : Lena Headley porte parfaitement la série sur ses épaules et n'a pas à rougir de Linda Hamilton; quant à son fils Thomas Decker, il représente ENFIN un adolescent fragile dans lequel on voit un potentiel de leader [contrairement au pleurnichard Nick Stahl de Terminator 3]. Manque plus que Schwarzy, les Terminator n'étant pas particulièrement charismatiques sans être source de reproches. Image très cinéma, mais où se glissent de temps à autres des plans bruités de manière incompréhensible).

 

Savages {2012}: 12 -14 -14 -16 = 14 --> 13.5/ 20 (-0.5.C'est pas le sujet du film mais Benicio Del Toro est fascinant! -probablement réellement barge d'ailleurs- mais revenons au film : il y a quelques éléments rafraîchissants dans une histoire assez classique mais le film s'oubliera très vite).

 

Saw VI {2009}: 13 -11 -08 -12 = 11 / 20 (Compréhension proportionnelle à la connaissance des épisodes précédents, mais intérêt inversement proportionnel. Autrement dit c'est le plus confus et le moins bon épisode de la série).

 

Saw VII = Saw 3D {2010}: 06 -11 -13 -11 = 10.25 / 20 (On enchaîne les pièges avec des acteurs au rabais avec une histoire réduite au minimum. 3D sans défaut mais à l'apport mineur. "Chapitre final"? On aimerait y croire...).

 

Scaphandre et le Papillon (Le) {2007}: 14 -10 -12 -11 = 11.75 / 20 (Adaptation du célèbre livre "écrit" par clignement de paupière d'un homme atteint du syndrome "Locked In". Certains extraits lus laissent d'ailleurs voir un style intéressant en plus de l'originalité du sujet. Mais pas sûr que le film y apporte quelque chose malgré des efforts visibles de mise en scène. Je ne pense pas le revoir une seconde fois).

 

Scarface {1984}: 13 -15 -16 -15 = 14.75 / 20 (L'intérêt du film ne réside pas tant dans l'histoire de gangster classique qu'au génie d'acteur d'Al Pacino qui irradie l'écran d'un bout à l'autre; contrairement à certains seconds rôles oubliables ou figurations médiocres, il reste un modèle d'acteur -et de gangster dans les cités- 30 ans après. Intemporel, indémodable. Curieux Blu-Ray à la musique d'une qualité incroyable et mixée en 7.1 (!!) et le reste...d'époque... ça déséquilibre un peu!).

 

Scream {1996}: 18 -17 -15 -14 = 16 / 20 (Un film original comme il en arrive peu, et qui donnera ensuite lieu à des copies plus ou moins médiocres de type Spoof Movie... on prend vraiment plaisir à voir ce détournement malin des films d'horreur).

 

Scream 2 {1997}: 15 -18 -17 -15 = 16.25 / 20 (Contre-pied total de mon avis par rapport au reste du monde : je trouve cet épisode meilleur que le premier, si l'on excepte qu'on a l'effet de surprise en moins : meilleur techniquement, avec encore des idées sous le pied avec la parodie sur les suites en plus de la parodie de films d'horreur. J'adore!).

 

Scream 4 {2011}: 09 -05 -12 -07 = 8.25 / 20 (Le 3 sonnait le glas de la franchise, celui-ci a la fraîcheur d'un mourant qu'on n'aurait pas dû réveiller du coma; rares idées intéressantes inexploitées, acteurs médiocres... tout le monde est là uniquement pour des raisons financières et c'est écœurant de voir comment on se fiche de nous!).

 

Schtroumpfs (Les) {2011}: 07 -05 -10 -06 =  7 / 20 (Navrant de bout en bout : naïf, bête, grossiers effets spéciaux sur le chat, sans intérêt).

 

Secret (The) {2012}: 06 - 05 -15 - 13 = 9.75 --> 8.75 / 20 (-1. On nous vend un thriller qui repose sur un "secret" qu'on brûle de connaître...c'est déjà à peine un thriller, et v'là le secret! Le film part sur des directions différentes pour "duper" le spectateur en oubliant les limites de la crédibilité, tout ça pour finir sur une idée finalement basée sur une morale plus que contestable...).

 

Sécurité Rapprochée {2012}: 13 - 11 -11 - 14 = 12.25 / 20 (Fait partie de ces films classiques qui, correctement exécutés, font passer un bon moment sans qu'ils laissent une grande trace ou une envie de le revoir. Image trop sale et le monteur essaie de rattraper le peu de talent du réalisateur).

 

Seigneur des anneaux : la communauté de l'anneau (Une) {2001}: 14 - 14 -15 - 15 = 14.5 / 20 (Retour dans l'ordre chronologique 14 ans en arrière techniquement : avec les grandes qualités que l'on connaît, il faut avouer que le film a pris un petit coup de vieux, notamment les masques des Orques ou les matte paintings; belle histoire néanmoins).

 

Séparation (Une) {2011}: 14 - 11 -10 - 11 = 11.5 / 20 (Ce film iranien montre un drame familial dans le contexte de loi coranique où chaque décision nécessite d'en référer aux autorités religieuses. C'est la partie intéressante, mais une partie des motivations des personnages étant peu claire [pour commencer la séparation initiale] et le rythme trop lent, on se demande au bout d'une heure si on va juste nous raconter l'histoire d'une femme de ménage qui doit gérer un vieil homme sénile).

 

Seul Sur Mars {2015}: 12 - 13 -19 - 14 = 14.5 / 20 (Un beau divertissement dans l'espace en 3D qui prolonge la recette du succès d'Apollo13 (quand "Houston, y'a un problème" les astronautes et la NASA puisent dans leurs compétences pour trouver des solutions). Tout n'est pas vraisemblable et les passages comiques ne sont pas le point fort, mais le spectacle est assuré).

 

Seven {1996}: 16 -16 -15 -17 = 16 / 20 (Meilleur film de tueurs en série, excellent réalisateur, sublime casting, on est loin des navets dont regorge le genre. Tout ça sans compromis pour édulcorer l'horreur ni jouer la surenchère. L'image sombre est très difficile à retranscrire en l'état actuel de nos écrans et du support DVD).

 

Sexy Dance 3 - The Battle {2010}: 05 -15 -19 - 08 = 11.75 --> 14.75 / 20 (+3! Passons directement l'histoire et le jeu des acteurs; les scènes de danse sont à s'en décrocher la mâchoire : cela tient à la fois aux chorégraphies et aux décors, mais c'est la première fois que l'apport de la 3D est si décisif! C'est l'école absolue de la 3D [mieux qu'Avatar] Une vraie claque).

 

Sexy Dance 4 - Miami Heat {2012}: 07 -13 -15 - 08 = 10.75 --> 12.75 / 20 (+2.En 1 mot : hétérogène! On réussit à obtenir au moment où on désespère 2 belles scènes de danse, mais il faut attendre les 2/3 du film et le casting manque cruellement de charisme; quant à la partie danse classique-gnangnan-romance, on s'ennuie ferme. La 3D est toujours importante...par moment là aussi mais fatiguante donc ratée globalement).

 

Sexy Dance 5 - All in Vegas {2014}: 13 -14 - 17 - 12 = 14 / 20 ( L'opus 3 reste inégalé, mais la barre est redressée depuis le ratage du 4. L'histoire déroule une trame archi-connue, mais elle le fait correctement et sans temps mort. Les acteurs en tête d'affiche jouent et dansent...correctement... La 3D offre un apport majeur à l'image d'une pureté absolue, et les faux raccords épars acceptent l'indulgence. Mais on est rarement soufflé par les scènes de danse et il manque la magie trouvée dans le 3 porté par "Moose" qui ici en fait le strict minimum).

 

Sherlock Holmes {2010}: 14 -16 -18 -18 = 16.5 / 20 (Avec une même base, on peut faire une merde comme Arsène Lupin ou un excellent divertissement comme ce film. Un film en costumes loin d'être poussiéreux, une belle alchimie entre Jude Law et Robert Downey Jr).

 

Sherlock Holmes 2 {2012}: 04 -04 -15 -10 = 8.25 --> 7 / 20 (-1.25 Mais que s'est-il passé?! On a un cabotinage incessant sur des bavardages navrants sur fonds d'une histoire incompréhensible. Un "joyeux" bordel d'une nullité hallucinante au regard du premier épisode!).

 

Shrek {2001}: 14 -11 -18 = 14.3 --> 13.8 / 20 (-0.5.L'ogre qui pète et qui rote, c'est parfait pour les enfants. Sincèrement. Par contre le concept ne résidant qu'à se moquer de Disney pour sortir in fine un message à la Disney passe plus difficilement pour moi. En tous cas techniquement, c'est le meilleur concurrent de Pixar).

 

Shrek 2 {2004}: 12 -15 -18 = 15 --> 14.5 / 20 (-0.5.Nettement meilleur que le 1er : les références sont mieux intégrées, le rythme et l'humour sont plus soignés, et introduction du mignon Chat Potté).

 

Shrek 3 {2007}: 08 -05 -15 =9.3 --> 8.8 / 20 (-0.5.Nul, nul, nul! A peine 2 ou 3 sourires pendant tout le film et quelques rares idées mais un humour qui tombe à plat à 95% et des personnages insupportables. Foirage intégral!).

 

Shrek 4 {2010}: 15 -13 -17 = 15 --> 14.5 / 20 (-0.5.Après le naufrage artistique de l'épisode précédent, les scénaristes se sont sortis les doigts du ... pour trouver une idée intéressante pour mettre un terme au ronronnement monotone de la franchise; c'est bien mieux, mais ça manque toujours de génie à l'intérieur).

 

 

Shutter Island {2010}: 12 -08 -15 -16 = 12.75 / 20 (Le pseudo-twist est couru d'avance (moins d'un tiers du film pour moi), la folie du personnage principal est lourdement marquée avec de nombreux flashbacks et apparitions, l'histoire est assez inintéressante et la fin ne nous réserve aucune surprise supplémentaire. Pour moi (mais toutes les critiques sont unanimement bonnes!!), il ne reste que la belle réalisation et le talent des acteurs sans surprise...)

 

Sicario {2015}: 13 -15 -17 -14 = 14.75 / 20 (Un film complètement construit autour d'une tension permanente plus que dans l'enchaînement de scènes d'action. Les images sont magnifiques avec notamment ces couchers de soleil sur fond de paysages mexicains. Même si l'histoire en soi n'est pas la plus originale (vengence dans le milieu des Cartels de drogue), l'ambiance et la confusion entre le bien et le mal fait la différence).

 

Sideways {2004}: 12 -11 -12 -10 = 11.25 / 20 (C'est mou et le casting n'est pas particulièrement brillant , en particulier THC. C'est donc une déception, le même scénario aurait du acoucher d'un bien meilleur film).

 

Simpson, Le Film {2007}: 14 -14 - 14 = 14 / 20 (On peut se demander l'intérêt de payer un long métrage pour une série qu'on regarde gratos -et le film y fait un clin d'oeil- mais il faut avouer que l'histoire tient bien la longueur et le style est un peu plus soigné, idem évidemment pour le son en 5.1. Très sympa, c'est tout).

 

Sin City {2005}: 13 -16 -19 -18 = 16.5 / 20 (Fabuleux, et c'est quelqu'un qui n'y connaît rien en BD qui le dit [les autres aussi]. Une pierre majeure apportée au cinéma; quel style [du vrai cinéma à partir d'un style BD], quel casting. Des copies sont apparues ensuite mais à des lieues de ça [Spirit...])

 

Sin City 2 {2014}: 13 -16 - 20 -18 = 16.75 / 20 (Et bien, 10 ans pour sortir une suite attendue! L'effet du premier est-il intact? 1000 fois oui, et en plus on a la 3D cette fois. Attention quand-même, l'histoire n'est pas hyper passionnante et sur la longueur, quand il ne reste que le style, on risque de lasser le spectateur.)

 

Singe sur le dos (Un) {TV; inédit au cinéma}: 06 - 15 - 10 - 16 = 11.75 --> 12.75 / 20 (+1. L'histoire semble a priori peu passionnante mais Gilles Lelouche retient l'attention du spectateur par la qualité de son interprétation).

 

Slipstream {2011}: 06 - 03 - 13 - 12 = 8.5 --> 7.5 / 20 (-1. Il est dommage qu'un aussi grand acteur se croit les compétence d'écrire un scénario, la musique, diriger et jouer...surtout quand il est à son 3e fiasco! C'est l'histoire d'un scénariste fou donc on a des images sans aucune logique pendant 1h30, avec l'ensemble du panel prétentieux des effets utilisés habituellement dans les bandes annonces. C'est n'importe quoi car sans fil conducteur).

 

Slumdog Millionaire {2009}: 16 -18 -16 -14 = 16 / 20 (Un film "indien" sur un enfant des ghettos réalisé par un britannique pour un studio américain? Ca va jamais marcher... Et bien je ne sais pas ce qu'en pensent les indiens mais sa construction méthodique donne un film haletant et excellemment rythmé. Grosse surprise donc.)

 

Snake Eyes {1998}: 12 -15 -19 -14 = 15 / 20 (Virtuose! Réalisation magnifique en tous points -plans séquences maîtrisés, jeu avec les cadrages, les ombres, split screen, etc- et narration originale avec différents points de vue d'une même scène, même si tout cela cache une histoire somme toute assez basique. Nicolas Cage est également flamboyant).

 

Snatch {2000}: 12 -09 -18 -14 = 13.25 --> 12 / 20 (Un film entièrement basé sur du cabotinage, c'est dévaloriser le talent pourtant réel de chacun. Guy Ritchie a beau faire démonstration de son talent, comme Brad Pitt excellent en soi en Gitan à l'accent improbable, le ton humoristique reste au même niveau d'un bout à l'autre. A 20mn on en est toujours à présenter des nouveaux personnages loufoques. Vide, vide, vide...).

 

Sniper {1993}: 05 -09 -13 -12 = 9.75 / 20 (Sans intérêt particulier mais se regarde sans ennui non plus lors d'un week-end pluvieux...enfin une fois, là c'est fait!).

 

Social Network (The) {2010}: 12 -13 -15 -15 =  13.75 / 20 (Malgré l'intérêt assez faible du sujet, j'ai suivi les critiques unanimement élogieuses; le film est effectivement bien conçu, avec de bons acteurs, mais il ne méritera pas un second visionnage).

 

Somewhere {2010}: 11 -02 -05 -15 = 8.25 -->  6.25 / 20 (-->-2 et encore! Le néant absolu, des plans à rallonge pour montrer l'ennui du personnage principal... ça marche aussi sur le spectateur).

 

S.O.S. Fantômes {1984}: 14 -09 -07 -09 = 9.75 / 20 (Je m'apprêtais à passer un bon moment de nostalgie de mon enfance mais 30 ans après il faut bien avouer que c'est terriblement ringard à tous points de vue. Les effets spéciaux sont un véritable cauchemar : un mélange de maquettes en carton, de matte painting et d'effets digitaux criards. L'humour aurait pu sauver le film mais en fait là aussi c'est complètement passé).

 

S.O.S. Fantômes 2 {1989}: 15 -15 -15 -14 = 14.75 / 20 (Il ne s'est écoulé "que" 5 ans entre les 2 films mais c'est le jour et la nuit! La totale ringardise du 1er a disparu: coiffure des acteurs, réalisation, effets spéciaux plus soignés, histoire et rythme, un vrai méchant et un côté plus sombre, même le rap du générique de fin qui a 25 ans!. Là je retrouve la nostalgie de mon enfance!)

 

Source Code {2011}: 13 -15 -17 -13 =  14.5 / 20 (Les séquences qui exploitent les fameuses 8mn rejouées de manière différentes sont passionnantes; malgré les incohérences, ça fonctionne parfaitement niveau suspens. En revanche, un acteur minable plombe les sorties d'expérience: Jeffrey Wright).

 

Sourire de Mona Lisa (Le) {2004}: 13 -16 -18 -15 =  15.5 / 20 (Le Cercle des Poètes Disparus version féminine. On se laisse dépayser par cette époque qui a plus d'intérêt que l'histoire elle-même; mais surtout, quel plaisir de voir ce casting réuni avec des actrices comme Kirsten Dunst, Julia Stiles, Maggie Gyllenhaal... alors quand en plus on aime Julia Roberts [ce qui n'est pas mon cas]...).

 

Sous Surveillance {2013}: 15 -13 - 13 -15 = 14 --> 13.5 / 20 (-0.5.Une bonne histoire interprétée par une foule de seconds rôles de qualité; dommage que Robert Redford -et d'autres- n'assume pas son âge au point, à plus de 76 ans, interprète le père d'une fillette de 11 ans. De plus le rythme s'essouffle de plus en plus. Sympathique à voir une fois).

 

Southland Tales {2009}: 05 -04 -15 -12 = 9 --> 7 / 20 (-->-2 sinon c'était encore trop cher payé! Bravo, l'exploit consiste à faire un film à l'absurdité qui n'a aucun temps mort; faut-il prendre une substance illicite pour apprécier le délire? Une fumisterie pour moi...).

 

Speed {1994}: 14 -18 -19 -14 = 16.25 / 20 (Le film n'a pas pris une ride 16 ans plus tard à aucun niveau [le DVD non plus!], et pourtant des tas de (pâles) copies sont sorties depuis! Petit regret : l'excellent thème musical aurait mérité une meilleure orchestration).

 

Speed Racer {2008}: 06 -04 -08 -15 = 8.25 / 20 (bête, nul et laid; beurk, beurk, beurk! Le pire c'est qu'on sent la volonté de bien faire, de faire quelque chose de neuf. Joël Silver a dû aimer puisque dans le même genre il a déjà produit les 2 Batman de Joël Schumacher...).

 

Spiderman (The Amazing) {2012}: 14 -12 -13 -13 = 13 / 20 (La même chose en différemment pareil : c'est un reboot... Félicitations au scénariste pour sa relecture pleine de bonnes idées; dommage qu'il manque une personne de talent à la tête de tout ça -genre un Christophe Nolan- car dans l'exécution c'est décevant : progressions psychologiques bâclées, casting pas génial, 3D décevante...et scène post-générique nulle).

 

Spiderman (The Amazing "2") {2014}: 06 -11 -13 -14 = 11 / 20 (Spiderman fait son comique avec un bandit débile - séquence de cabrioles inutiles et peu lisibles où il pousse des "youhouuu" - tunnels de dialogues - méchant de plus en plus méchant - Spiderman se bat avec le méchant et gagne. Acteurs et réalisateurs toujours aussi médiocres, scénario nul et explications pseudo-scientifiques sans queue ni tête. Dommage pour le super personnage de méchant et ses effets spéciaux magnifiques)

 

Spiderman Homecoming {2017}: 13 -14 -14 -15 = 14 / 20 (3e reboot de la franchise. Mais celui-ci est réellement rafraichissant [et on nous épargne une 3e version de l'origine de Spiderman!] Le ton léger inauguré dans le dernier Avengers est confirmé, et l'acteur est parfait [contrairement à celui du 2e reboot...] Même le méchant est plus crédible dans son évolution et ses actions que la plupart.
Iron Man pas trop envahissant, c'est bien un Spiderman et pas un Avengers X)

 

Splice {2010}: 14 -12 -18 -13 = 14.25 / 20 (Réalisation sublime, cadrages et photographie soignés, effets spéciaux parfaits; l'histoire ne décolle pas à 100% mais il y a du talent).

 

Splinter {2008}: 04 -08 - 12 -08 = 8 / 20 (n-ième "huis-clos forestier" à budget dérisoire; il n'y a ni un scénario folichon ni des talents remarquables, mais un suspens relativement bien tenu et une idée de créature suffisamment originale pour éviter le fiasco total).

 

Split {2017}: 12 -15 - 15 -15 = 14.25 / 20 (La renaissance de M. Night Shalaman après 15 ans de navets basés sur la structure "pitch aguicheur, médiocrité, twist artificiel". Après "The Visit" en 2015 qui laissait présager un retour en grâce, voilà une oeuvre qui a du sens. Tout est basé sur l'acteur principal James Mc Avoy qui livre une magnifique performance, et les rebondissements finaux sont désormais de nouveau travaillés).

 

Spotlight {2016}: 14 -16 - 15 -17 = 15.5 / 20 (Une enquête passionnante sur un scandale majeur mais peu médiatisé, portée par un casting au service de l'histoire sans aucune intention de tirer la couverture à soi.)

 

Stalingrad {2001}: 14 - 16 - 15 - 18 = 15.75 / 20 (Duel épique entre 2 grands acteurs. L'équilibre du mélange entre les histoires personnelles et le contexte d'une grande bataille ainsi que les enjeux plus généraux le permet de sortir du film de guerre de plus).

 

Stalingrad  [Russe] {2014}:  06 - 10 - 18 - 15 = 12.25 --> 11.25 / 20 (Ce film est stupéfiant : il est visuellement ultra séduisant avec des nombreux ralentis, ses couleurs stylisées de ciels rougeoyants, une 3D irréprochable, et sa réalisation impeccable. Et tout cela pour 30 millions de $ seulement!Et puis d'un autre côté on a un contenu affligeant de maladresse et de bêtise les petites histoires d'amour idiotes constituent le centre du récit).

 

Starbuck {2012}: 14 - 12 - 13 - 11 = 12.5 / 20 (Une idée originale qui met un peu de temps à se développer et un peu plombée par une fin surjouée et sirupeuse mais il y a quelques jolis moments malgré tout.).

 

Star Trek Into Darkness {2013}: 09 - 12 - 17 - 16 = 13.5 / 20 (Je ne connais rien en Star Trek car ça ne m'attire a priori pas mais j'espérais une modernisation de la saga; finalement c'est un divertissement techniquement très propre mais l'histoire trop basique ne donne pas envie de rentrer dans cet univers. 3D OK).

 

Star Wars : Episode I {1999}: 16 - 18 - 16 - 14 = 16 / 20 (Très bonne histoire, magnifique design et beau casting; par contre personnage Jar Jar ultra agaçant, créatures en caoutchouc et jeune acteur médiocre; sur la 3D [2012] : c'est propre mais décevant : il ne faut définitivement pas convertir en 3D des films "réels").

 

Star Wars : Episode II {2002}: 13 - 11 - 14 - 14 = 13 / 20 (Grosse baisse de niveau : les scènes de dialogue sont expédiées pour privilégier l'action, ce qui d'une part massacre le développement des personnages et d'autre part amène un certain nombre d'effets spéciaux de qualité moyenne. On note aussi un manque de créativité. Seule Natalie Portman [moins réduite à un rôle de mannequin de podium que dans le I] sort du lot).

 

Star Wars : Episode III {2005}: 16 - 18 - 19 - 15 = 17 / 20 (Une transition de toute beauté : les images sont somptueuses et George Lucas semble avoir tiré les leçons du film précédent; malgré les froncements de sourcils d'Anakin pour montrer qu'il devient méchant et même si un certain nombre de séquences ressemblent à du jeu vidéo, l'ensemble est magistral et soigné de bout en bout).

 

Star Wars : Episode IV {1977}: 19 - 20 - 20 - 14 = 18.25 / 20 (C'est incroyable de voir que dès le 1er film tout est déjà en place avec une musique fabuleuse d'un bout à l'autre, des effets spéciaux qui vieillissent plutôt bien-sûrement avec l'aide des retouches plus récentes- et une image de Blu-Ray somptueuse. A part des détails de cascades, c'est sans conteste une oeuvre magistrale).

 

Star Wars : Episode V {1980}: 17 - 16 - 15 - 14 = 15.5 / 20 (Le début commence très mal niveau effets spéciaux et pour la suite ça restera toujours en dessous du IV...moins de retouches? La poursuite de l'histoire nous tient néanmoins en haleine, mais on descend d'un cran par rapport au IV).

 

Star Wars : Episode VI {1983}: 16 - 14 - 15 - 14 = 14.75 / 20 (Dans la lignée de l'épisode précédent, mais certains personnages horripilants apparaissaient déjà avant Jar-Jar Bins du I comme l'espèce de "Gremlins" aux pieds de Jabba; quelques petites longueurs pour la première fois et la mort d'un personnage important un peu bâclée).

 

Star Wars : Episode VII {2015}: 16 - 17 - 18 - 14 = 16.25 / 20 (Il y a dans ce film un équilibre incroyable entre le respect de l'existant et l'audace d'un nouveau réalisateur avançant avec prudence sa vision de l'univers. La seule déception provient de manière surprenante de la musique totalement à bout de souffle niveau créativité alors que dans les 2 trilogies celle-ci était toujours magistrale).

 

Stop-Loss {2008}: 14 - 12 - 14 - 13 = 13.25 --> 12.25 / 20 (Une critique acerbe contre la guerre en Irak et les ravages provoqués chez les soldats utilisés jusqu'à rupture par le gouvernement américain. Avec un joli casting. Malheureusement, tout cela manque cruellement de subtilité dans la démonstration qui accumule trop les clichés. Oubliable; d'où l'absence de passage par la case ciné sans doute).

 

Stratège (Le) {2011}: 14 - 14 - 10 - 15 = 13.25 / 20 (Même sans comprendre ni aimer le baseball, on est tenu en haleine sur cette histoire, mais cela tient uniquement au charisme de Brad Pitt car il n'y a sinon rien de génial dans la forme; voir plutôt L'Enfer du Dimanche dans le genre avec une réalisation bien supérieure et un casting encore plus riche). 

 

Stratégie Ender (La) {2013}: 14 - 15 - 17 - 15 = 15.25 / 20 (Un film hyper mal vendu, voire pas du tout, qui ressemble à un nanard de SF porté par une ex-célébrité désormais has-been. Mais c'est bien mieux mené que ça, et on est totalement pris par l'évolution du personnage interprété par l'excellent jeune acteur Asa Butterfield épaulé par la solide figure (grand) paternelle interprétée par Harrison Ford. On pardonnera les emprunts à Star Wars, Alien et quelques raccourcis, car c'est tellement plaisant qu'on attend la suite!). 

 

Street Dance 3D {2010}: 08 -08 -07 -13 =  9 / 20 (Passons sur l'histoire basique de ce genre de film, il y a bien pire : la moindre idée est immédiatement piétinée par l'incompétence absolue de l'équipe. Montage, choix des musiques, rythme et 3D à dégoûter le public qui découvre cette nouveauté technologique. Le pauvre casting n'est même pas coupable de quoi que ce soit dans ce désastre. Rien à voir avec Sexy Dance 3D!).

 

Strictly Criminal {2015}: 11 -11 -14 -14 =  12.5 / 20 (Bien que basé sur une histoire vraie qui tente de donner un peu de densité à une banale affaire de gangster de plus, on s'ennuie un peu à suivre Johnny Depp sous son "masque de cire" de gangster froid et sans panache particulier).

 

Suicide Quad {2016}: 09 -13 -17 -14 =  13.25 / 20 (De manière surprenante ce n'est pas le naufrage annoncé. C'est d'abord très stylé esthétiquement : dans les fluos sans le mauvais goût de Schumacher. Très belle 3D. Ensuite Will Smith est très bien dans ce rôle, comme Jared Leto et sa copine. Par contre les autres personnages sont mpins percutants (Killer Croc...c'est tout alors qu'il m'a pourri la vie dans le jeu vidéo?!). Histoire et psychologie des personnages (tous gentils) sont par contre sans intérêt).

 

Sunshine {2007}: 14 -14 -19 -13 =  15 / 20 (Sans doute le plus beau film dans l'espace sur le soleil. C'est avant tout très beau et poétique avec un soupçon de fantastique pas indispensable. Dommage que le casting soit totalement éteint [en particulier la dépressive qui pilote le vaisseau]).

 

Sully {2016}: 12 -15 -17 -16 =  15 / 20 (Difficile d'imaginer faire encore mieux que ce que nous proposent Clint Eastwood et Tom Hanks face à une histoire que tout le monde connaît déjà, quoique pas nécessairement sur les détails du "procès". Très bonne surprise).

 

Super 8 {2011}: 08 -08 -07 -13 =  9 / 20 (J.J. Abrams n'est pas Spielberg, ou alors celui de La Guerre des Mondes, pas celui de E.T! Il y a une base sympathique, une bonne gestion de la bête mais ça ressemble à une série à gros budget et pas du tout à du grand cinéma. Là où JJ est fort, c'est sur le plan marketing, comme pour Cloverfield. Sinon la soeur de Dakota Fanning [Elle] est aussi douée même si Dakota m'a plus soufflé dans Man on Fire; quel famille de [jeunes] actrices talentueuses!).

 

Sur Ecoute - The Wire {2002 à 2008}: 15 -14 -14 -15 = 14.5 / 20 (Saison1 : je ne retrouve pas le rythme intense bourré de cliffhangers d'autres séries que je place plus haut dans mes préférences, mais on finit par s'attacher à un peu tous les personnages (dealers comme policiers, le casting est de bonne tenu), c'est pas désagréable.

Saison2 : elle commence très mal, je me demande si je ne vais pas abandonner...et puis non, ça se reprend. Et en plus les scénaristes se sont décarcassés pour faire démarrer nos personnages en différentes situations tout en justifiant parfaitement leur rapprochement.

Saison3 : on reste au même niveau; il me semble juste que le personnage de Carv (flic latino) s'affadit...il est mieux en duo avec son partenaire (le gros chauve); une idée originale également se glisse concernant la gestion des dealers par la police.

Saison4 : on explore un nouveau domaine : le système éducatif autour des très jeunes et comment ils sombrent à cet âge dans le business et la criminalité. On approfondit aussi les problématiques de politique  et de gestion d'une ville endettée. L'acteur qui incarne Marlo montre un charisme impressionnant tout en sobreté dans son interprétation.

Saison5 : en cours...mais on semble cette fois finir en explorant la chûte de tous les personnages et l'ensemble des circonstances qui font que chacun peut trébucher ou tomber).

 

Sur la piste du Marsupilami {2012}: 08 -06 -15 -09 = 9.5 -->  11.5 / 20 (+2. Film qui a la lourde tâche de succéder à Astérix : Mission Cléopâtre -mon film fétiche- dans la filmographie d'Alain Chabat, celui-ci n'a ni l'histoire, ni la densité et variété humoristique du précédent, ni la qualité du casting, et Chabat lui-même étant l'un des pires acteurs qui soit. Cela reste plaisant malgré tout dans la seconde moitié mais que le début est poussif!!!).

 

Sweeney Todd {2008}: 06 -10 -14 -14 = 11 / 20 (Argh, une comédie musicale...avec des chansons loin de faire des tubes, on s'ennuie surtout quand l'histoire n'avance pas beaucoup non plus; et comme dirait La Croix, on atteint un paroxysme de noirceur qui efface la poésie).

 

Syndrôme du Titanic (Le) {2009}: 10 -05 -15 -07 = 9.25 / 20 (De belles images mais sans aucune construction dans le message à véhiculer et même pire, totalement desservi par les médiocres commentaires de Nicolas Hulot [possibilité de s'en passer sur l'une des pistes du Blu-Ray] : aucune solution apportée ni aucune accusation franche).

 

Syriana {2006}: 14 -16 -17 -17 = 16 / 20 (Film très intelligent sur la géopolitique, également lent et complexe dans sa structure, ce qui convient très bien pour coller à la complexité et aux lenteurs de la diplomatie du monde réel qui est décrit. Le casting est en plus de très bon niveau. Sérieux à tous points de vue. Image du HD-DVD décevante car bruitée).

Published by ***Christophe*** - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires