Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce blog a été créé le 24/10/2005 et mis à jour en 2017.

Rechercher

31 décembre 2005 6 31 /12 /décembre /2005 11:34

Contrepétries (Partie 3)




Fond de la colle

Con de la folle

Fouler la messe

Mouler la fesse

Gémir de froid

Frémir de joie

Glisser dans la piscine

Pisser dans la glycine

Goûtez les flans

Foutez les glands

Goûtez nos farces.

Foutez nos garces

Gratte le fond de sa quille

Gratter le con de sa fille

Graver la notice.

Gratter la novice

Habiter des gîtes

Agiter des bites

Habiter Laval

Avaler la bite

honnis par l’union !.

Unis par l'oignon

Il avait peur que sa mue la perde

Il avait peur que ca pue la merde

Il courait tant de buts divers qu'il en perdait sa belle mine

Il bourrait tant de culs divers qu'il emmerdait sa belle pine

Il court, il court, le furet

Il fourre, il fourre, le curé    (Semi contrepèterie)

Il crawle près du fond.

Il frôle près du con

Il cuvait quand les flics l'ont emballé

Il bavait quand les flics l'ont enculé

Il débrancha, et se laissa couler

Il découcha, et se laissa branler

Il déplore la foule

Il déflore la poule

Il descendait entre deux bains

Il débandait entre deux seins

Il donnerait toutes ces vieilles briques pour une belle lucarne

Il donnerait toutes ces vieilles carnes pour une belle lubrique

Il dresse sa bête à lire.

Il dresse sa bite à l'air

Il écorchait l'hébreu et sa femme l'écossais

Il écorchait les queues et sa femme les brossait

Il embrasse la Marion sur le quai

Il embrasse la mariée sur le con

Il empile son fer

Il enfile son père

Il en perdait sa belle mine

Il emmerdait sa belle pine

Il est arrivé à pied par la Chine

Il est arrivé à chier par la pine

Il est bon de ne pas se quitter

Il est con de ne pas se biter

Il est encore gris après m'avoir tamponnée!

Il est encore gros après m'avoir tant pinée

Il faut être peu pour bien dîner

Il faut être deux pour bien piner

Il faut que ce bouquin rende

Il faut que ce rouquin bande

Il faut rassembler beaucoup de fonds pour former des cliques

Il faut rassembler beaucoup de cons pour former des flics

Il jette avec puissance

Il pète avec jouissance

Il l'apaise en la berçant

Il la baise en la perçant

Il l'avait conçu

Il lavait son cul

Il le séchait

Il se léchait

Il ment d'abord

Il bande à mort

Il ment debout.

Il bande mou

Il mettait le produit de ses fouilles dans des caisses

Il mettait le produit de ses couilles dans des fesses

Il montre sa bête à la miss

Il montre sa bite à la messe

Il n'aime pas qu'elle parte pendant les ventouses

Il n'aime pas qu'elle vente pendant les partouzes

Il n'y a pas de quoi, ma sœur, pour un si petit don

Il n'y a pas de doigt, ma sœur, pour un si petit con

Il pétrit le béton à la tonne

Il pétrit le téton à la bonne

Il se battait autour des turnes

Il se tâtait autour des burnes

Il se battent dans les cabines

Ils se bitent dans les cabanes

Il se débrouille pour montrer l'appeau des ses cailles

Il se débraille pour montrer la peau des ses couilles

Il se faisait toutes ses billes

Il se baisait toutes ses filles

Il secoue sa caissette jusqu'au camp

Il secoue sa quéquette jusqu'au sang

Il trie mais il chipote

Il chie mais il tripote

Il vit aux champs

Il chie aux vents

Il voit le monde conique

Il voit le con de Monique

Il y a si peu de mecs pour faire l'équipe

Il y a six queues de mecs pour faire les pipes

Ils apportent leur pain à la mine

Ils apportent leur pine à la main

Ils dosent leur part

Ils posent leur dard

Ils habitent des gîtes

Ils agitent des bites

Ils ont montré leur calvaire à l'unisson

Ils ont montre leurs caleçons à l'univers

Ils ont percé l'énorme bas de laine

Ils ont perce l'énorme madeleine

Ils plaisent et se baignent

Ils baisent et se plaignent

Ils se taisent devant le buteur

Ils se baisent devant le tuteur

Inciter à trouver

Inviter à trousser

Inviter le penseur à dîner

Inviter le danseur à piner

J'ai trouve ma femme les laissant faire

J'ai trouve ma femme les fesses en l'air

J'aime au sortir du camp une longue pêche sous-marine.

J'aime au sortir du con, une langue rêche sous ma pine

J'aime le goût de ce petit blanc

J'aime le bout de ce petit gland

J'aime vachement votre frangin!

J'aime franchement votre vagin

J'aime, au sortir du camp, les longues pêches sous-marines

J'aime, au sortir du con, les langues rêches sous ma pine

J'ampute la jambe.

J'enjambe la pute

J'aurais cru que vos perles coûtaient davantage.

J'aurais cru que vos pertes coulaient davantage

Je compte les fils et les ampoules

Je compte les poules et les enfile

Je connaît mon dû

Je donnait mon cul

Je gémis sans lutter

Je l'ai mis sans juter

Je me suis éclaté la panse en dînant

Je me suis éclaté la pine en dansant

Je m'en vais en Loire,

Je m'envoie en l'air

Je munirai ta lame d'un beau manche en fer

Je munirai ta femme d'un beau manche en l'air

Je n'ai pas de rebord à mes épaulettes.

Je n'ai pas de remords à baiser Paulette

Je te donne ma croûte à pâté

Je te donne ma croupe à tâter

Je tournais ma peine vers mes livres

Je tournais ma pine vers mes lèvres

Published by ***Christophe*** - dans Humour
commenter cet article

commentaires