Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce blog a été créé le 24/10/2005 et mis à jour en 2017.

PS : Bonjour Am....s! ^^

Rechercher

25 octobre 2005 2 25 /10 /octobre /2005 00:00

Voici les critiques que j'ai écrites personnellement mais j'ai créé un post sur le forum homecinema.fr où vous pouvez en retrouver encore plus (et pourquoi pas venir déposer la vôtre).

Note multicanale : détaille la richesse du mixage 5.1 (mettre un vague écho à l'arrière ne mérite pas une bonne note à l'inverse d'un mixage travaillé du type SACD de Chicago).

Mise à jour 12/03/2010

Norah Johnes : Come away with me (SACD hybride)
6/10 -->la voix est sur la stéréo avant et le reste des instruments est réparti assez sagement sur le reste des enceintes. C'est timide comme l'est Norah Jones comme mixage; ça colle bien au style mais ce n'est pas un SACD de démo.

Diana Krall : The look of love & The girl in the other room (idem pour le mixage) (SACD) 7.5/10--> Même principe que Norah Jones sur le mixage mais avec un son nettement plus rempli, des basses profondes et quelques accompagnements surrounds plus marqués. On a donc ici encore une fois un produit qui n'est pas excessivement démonstratif mais c'est un énorme plaisir quand-même.

Wagner & Verdi : Great Opera Choruses (SACD hybride) 5/10 --> Grande musique mais mixage à l'opposé bien sage... les surrounds n'accompagnent que de façon subtile la scène avant comme le reste des productions classiques mais le message est cohérent et tout paraît très simple et logique lors de l’écoute…à une exception à mon goût : le roulement des percussions par instant à l’arrière qui est vite fatiguant sur la piste 3. Léger défaut : par moment dans la deuxième partie on distingue de légers chuchotements

Tchaikovsky : Classics (DVD-audio avec DTS)
: 7/10 -->Si j'aime Tchaikovsky, c'est parce que c'est une musique démonstrative, et j'attends donc la même chose du mixage. La scène arrière est assez distincte de la scène avant dans des limites "raisonnables" (selon apparemment le critère de la majorité des amateurs de musique classique). C'est donc au-dessus du lot dans le genre.

Sting : Brand New Day (DVD-audio) : 9/10 -->la voix est nette dans la centrale avant et prolongée sur les stéréo avant (réverb'). Les instruments sont nettement répartis dans toutes les enceintes. C'est du vrai multicanal! A noter que l'enceinte centrale avant doit être de qualité (on ne répétera jamais assez que c'est l'élément clé d'une installation multicanale) : elle doit retranscrire avec justesse les voix et en plus être costaud dans la retranscription des basses.

Sting : Sacred Love (SACD hybride) : 7.5/10 -->la voix est essentiellement sur la stéréo avant et prolongée sur la centrale (l'inverse du mixage ci-dessus!). Elle est même plus (trop) mise en avant au détriment du reste, le son est moins "rond", plus sec que sur Brand New Day (DVD-audio). Sinon à la plage 3, il y a un dialogue Sting/Mary J. Blidge que j'aurais bien aimé avoir en séparation avant/arrière plutôt que d'intervenir exactement au même endroit à tour de rôle (philosophie SACD assez conservatiste)

Police : Every Breath You Take (SACD hybride) : 3.5/10 --> la voix est sur la stéréo avant. Les instruments sont un peu plus mis en avant sur la centrale avant. L'arrière fait l'écho de...tout ça pour donner un relief artificiel, avec de temps à autre un instrument ou des choeurs plus prononcés que ceux de la scène avant (oui, parce que tout ce qu'on entend quelque part dans une certaine proportion est présent partout ailleurs dans une moindre mesure). J'appelle ça un "mixage DSP" et pour aller dans ce sens, j'ai joué avec les DSP de mon ampli qui n'ont pas fait tellement pires...
Vraiment, c'est pas sérieux tout ça, et finalement on ne perd pas grand chose (voir on gagne en cohérence) à finalement faire les écoutes en stéréo!

Tchaikovsky : The Nutcracker ("DVD Music" = DVD-Video DD ou DTS) : 6.5/10 --> En position centrale, on assiste bien à une diffusion assez frontale mais le son remplit toute la pièce. Quand on décortique le contenu des enceintes, on découvre qu'à part des proportions légèrement différentes, elles diffusent globalement la même chose. Du coup je suis assez ennuyé, le résultat est plaisant et c'est pas tout à fait du "5 CH STEREO" mais j'hésite à donner une bonne note pour autant (essaie-t-on de me duper?).
Note : on a aussi des bonus pendant la lecture comme des choses à lire sur la musique jouée (en anglais) ou des belles images, petits plus du format DVD.

Tchaikovsky : Sleeping Beauty(DVD-audio) : 6.5/10 --> A part le format qui change (DVD-audio ici), la critique est un exact copier-collé de The Nutcracker (même pour les bonus).

Tchaikovsky : Swan Lake (DVD-audio) : 8/10 --> Surprise, le mixage de ce 3ième titre de la même collection du même éditeur est nettement différent des 2 autres!
C'est quand-même autre chose d'avoir du "vrai" 5.1 avec des dialogues avant/arrière. Ca efface donc mes doutes. Hautement recommandable. (bonus identiques aux autres)

Chicago : musique du film (SACD) 9.5/10 --> Avant d’écouter cet album, j’étais bien loin de prévoir le « feu d’artifice » qui allait se produire : c’est plus de 70 minutes de bonheur absolu. Il n'y a absolument rien à redire : le son est d'une précision redoutable tout en étant cohérent dans l'espace; impossible de revenir en stéréo après ça. J'aurais bien mis 10/10 mais je pénalise l'absence de compatibilité CD du support.

Gordon Goowin’s Big Phat Band : XXL & Swingin' For The Fences (idem pour le mixage) (DVD-audio) 10/10 --> Il ne s'agit pas ici de "jazz pantoufle" mais d'un "big band" avec des morceaux qui possèdent des thèmes très forts et le mixage multicanal est vraiment épatant et subtile (pas évident de répartir tous ces musiciens).
Note : beaucoup de photos (sur les titres et dans les bonus), des vidéos de l’enregistrement en multiangle et des coulisses de l’enregistrement, des photos des partitions, la possibilité d’écouter 8 pistes séparément sur 3 titres, et un commentaire audio de Gordon Goodwin et son co-producteur (passionnants mais en Anglais…).

Pat Metheny Group : Imaginary Day (DVD-audio) 9.5/10 --> Alors là on peut dire que ce n'est pas un mixage 5.1 d'une musique mais que ce 5.1 fait intégralement partie de la composition. Grande variété d’instruments et de styles (parfois même de manière surprenante au cours du même morceau comme dans le 7ième titre) et c’est ce qui fait que l’on ne peut pas forcément accrocher à tout de la même façon mais c'est dépaysant.
Pour information, la comparaison entre ce DVD-audio et le DVD-vidéo du même artiste est intéressante :
-le DVD-vidéo est un enregistrement de concert, avec le son qui va avec ; il est très décevant quand on connaît le DVD-audio mais on a l’image.
-le DVD-audio est un enregistrement de studio, donc très propre et travaillé mais les seules images sont celles de paysages (magnifiques) pour chaque titre.
Les fans auront les deux, les autres évalueront leur priorité.
Note : impossible de passer à un titre en donnant son numéro sur mon lecteur.

Pink Floyd : Dark Side of the Moon (SACD hybride) 10/10 --> Le 5.1 fait intégralement partie de la composition avec des jeux multicanaux comme les horloges (Time) ou les pièces de monnaie (Money). Tout ceux qui s'intéressent au sujet le savent, c'est le SACD de référence à posséder absolument (si on aime la musique évidemment), la critique se limitera donc à dire ça et à mettre la note maximale.

Rachmaninov : Piano Concertos Nos. 2 and 3 (Scherbakov) (SACD hybride) 6.5/10 --> La scène est très clairement frontale, mixage traditionnel pour le classique donc. On gagne quand-même nettement sur la spatialisation par rapport à une diffusion stéréo, en particulier avec la centrale avant en renfort (piano). Bon SACD malgré la note multicanale.

Buena Vista Social Club (DVD-audio) 8/10 --> Très sympa comme ambiance. Par contre c'est pas du 5.1 mais du 4.1 (ma centrale avant a été zappée au mixage...). Enfin c'est pas très grave, le résultat est très plaisant même si c'est pas d'une extravagance multicanale extrême. Un de mes titres favoris malgré tout car le style de musique est assez unique (au moins sur ces supports).
Note : en plus du sympathique livret avec paroles, photos, etc sont disponibles en cours de lecture photos et notes sur les chansons (anglais)

Tchaikovsky : Violin Concerto in D, Op.35 (Ilych, Fischer, Kreizberg) (SACD hybride) 6/10 --> Philosophie de mixage totalement différente des productions DVD-audio du même compositeur. On a ici un type de mixage "concert" : la scène est répartie sur les 3 enceintes frontales, les surrounds étant dédiées à la reproduction de l'acoustique de la salle. Mais l'intérêt par rapport au stéréo reste réel.

Destiny's Child : Survivor [cette version] (SACD) 8.5/10 --> Ouf, pour l'un des rares titres dans ce style de musique en SACD, le mixage est globalement un régal multicanal. Mais de façon surprenante il y a quelques disparités dans les mixage des titres : c'est soit une absence curieuse de charte, soit après réflexion plutôt un atout sur l'écoute de l'album entier. Mais ça swing dans les enceintes : voix en centrale avant, reste en stéréo, et petites choses et choeurs à l'arrière (en général donc). En revanche (en général), les basses sont un peu légères.

A Celtic Spectacular: Cincinnati Pops/Kunzel (SACD hybride) 8/10  --> Peut-être l'enregistrement le plus proche d'une écoute concert que je connaisse (bonne gestion de l'espace). Ce n'est pas du 5.1 "spectacular" (d'où ma note) mais intelligemment réaliste. La piste 8 arrive comme un cheveu sur la soupe (démo gadget 5.1 "spectacular" pour le coup sans rapport avec le concert).

SACD, The Sound Revolution (SACD de démo) 6/10 --> Curieusement, c'est un choix 4.0 qui est fait ici (stéréo avant avec les surrounds pour élargir l'espace). Ensemble peu démonstratif du point de vue multicanal. Jazz : morceaux manifestement anciens au niveau de la source (même si la qualité de certains comme la 7 peut surprendre). 4 titres se détachent : 4 (musique électronique), 9 (chants de prières), 13 (classique réellement mis en valeur par le multicanal), 18 (choeurs religieux).

Beethoven: Violin Sonatas Nos. 5 & 9 (The Royal Philharmonic Collection) (SACD hybride)
6.5/10 --> Comment faire du multicanal avec un piano et un violon? Pas comme ça en tous cas : le son est beaucoup trop diffus et le piano en pâtit en premier (son enregistrement semble de toutes façons déjà médiocre), c'est moins grave pour le violon au son plus directif.

Cinema Classics (The Royal Philharmonic Collection) (SACD hybride)
9/10 --> Qui dit musique de film dit légitimité à "envoyer du bois"; le contrat est parfaitement rempli sur le principe que la démonstrativité multicanale est directement liée à la démonstrativité des morceaux. D'une logique implacable.

James Bond Themes (The Royal Philharmonic Collection) (SACD hybride)
10/10 --> Idem ci-dessus avec des films on ne peut plus démonstratifs. Une merveille absolue sur tous les plans. Rien à voir avec une piste isolée sur DVD (comme Demain ne meurt jamais). Seul regret : 39 minutes!!!!!! Bande de radins!

SEAL - IV (DVD-audio) 8.5/10  --> Que fait la voix dupliquée sur les 3 enceintes avant?!!!! En dehors de ça v'est du gros 5.1, pas très subtil mais ça remplit la pièce à 100%.
Note : démarre en 2.0! / Le numéro de piste ne donne rien (faut que je vérifie si c'est sur tous les DVD-audio) / En supplément 3 clips en Dolby Digital 5.1

Sheila Nicholls : Wake (DVD-audio) 9/10 -->Attention : à jouer en mode DVD-vidéo. DTS-entertainement a volontairement privilégié cette section via le DTS-ES bien meilleur que le PCM trop plat, et même les bonus situés dans cette section. Une honte de pénaliser les possesseurs de DVD-audio qui doivent repasser par le menu du lecteur. Sinon le 5.1 comble toutes mes attentes avec une voix bien détachée dans la centrale avant et une immersion totale (encore plus en DTS donc...).
Note : certains titres ne s'enchaînent pas de manière fluide (coupes sèches) [j'ai pénalisé la note de 0.5 pour l'ensemble des défauts], bonus Clip Faith (DTS ES), paroles des chansons (dans le livret aussi) et autres dans la section DVD-vidéo (version différente d'un titre, biographie, photos).

Missy Elliott : MissE (DVD-audio) 9.5/10 -->Se lance en stéréo (grr...). C'est l'un des rares albums où la musique joue avec de nombreux effets 5.1. Sinon la voix est en stéréo avant et n'est pas détachée du reste mais ça ressemble à un choix artistique (après tout on n'est pas dans les chanteuses "à voix").
De toutes façons, inutile de polémiquer, cet album est l'unique représentant hip hop en format audio HD et il est donc à posséder impérativement quand on aime.

Queen : A Night At The Opera (DVD-audio) 9/10 -->Comme habituellement chez DTS Entertainement, la piste DTS (24/96 ici) est privilégiée. Le mixage 5.1 est aussi fun que la musique de Queen, c'est un feu d'artifice multicanale pour l'un des DVD-audio qui a fait le plus parler de lui (un peu comme Pink Floyd en SACD). Par contre, la centrale avant est quasiment inexploitée.
Pb techniques : mon lecteur Pioneer LX50 refuse de sortir cette piste DTS 24/96 (j'ai du faire appel à mon second lecteur); et est-ce mon disque ou un bug la piste 6 se bloque à 18'11 sur mon second lecteur. C'en est trop, j'enlève 0.5 point!
Note : paroles des chansons, et en supplément un titre en vidéo de concert (image datée) sur la même piste musicale (flambant neuve donc) du DVD-audio.

Queen : The Game (DVD-audio) 10/10 -->On reprend la critique ci-dessus pour "A Night..." mais entre temps (DVD-audio sorti après) ils ont découvert l'enceinte centrale avant. Même qualité de mixage, cette lacune en moins.
Note : paroles des chansons, on nous explique ici en bonus comment ils sont arrivés à ce résultat à partir des 24 pistes analogiques de 1980 numérisées en 24/192, etc.
Impossible de passer à un titre en donnant son numéro sur mon lecteur (bug absent de l'autre album, décidément...).

Larisa Stow : Moment by moment (DVD-audio) 7/10 -->L'ambiance multicanale n'est pas démonstrative mais l'apport reste réel (même si peu inspiré parfois quand on duplique l'arrivée d'un instrument à l'avant et à l'arrière en même temps).
Note : les paroles de sont accessibles qu'en mode DVD-Video (encore un coup de DTS Entertainement même si cette fois la piste DRS et PCM sont proches); clip vidéo en stéréo uniquement.

Emma Shapplin : Etterna (DVD-audio) 8/10 -->La voix est essentiellement sur la stéréo frontale prolongée sur les autres enceintes. Le 5.1 est surtout là en renfort naturel avec quelques vraies séparations d'instruments. Mais tout étant basé sur la chanteuse, je regrette que sa voix ne soit pas mieux détachée.
Note : interview (6'), piste DTS accessible via le menu (rare pour être souligné!), impossible de passer à un titre en donnant son numéro sur mon lecteur.

Chick Korea : Rendez vous in New York (SACD hybride) 7/10 -->Je ne comprend pas plus le mixage que la musique elle-même : c'est clairement multicanal mais je ne comprend pas pourquoi le piano se déplace dans la pièce, pourquoi on a l'impression d'une séréo gauche contre une stéréo droite pour un autre instrument... comme dit un confrère, " les surrounds sont tantôt discret et précis tantôt brouillant le plan sonore avant".

Eagles : Hotel California (DVD-audio) 9/10 -->Pour quiconque qui a fait tourner des dizaines de fois le DVD de concert, ce DVD-audio constitue un complément qui permet de découvrir un enregistrement studio avec une interprétation différente. Mais il faut bien avouer que si on est autan immergé dans un excellent mixage 5.1, et qu'on découvre de nouvelles petites surprises audio, le concert reste plus chaleureux, et les voix bien mieux mises en avant (en stéréo au niveau du reste sur DVD-audio). Je dirais donc exactement l'inverse que pour Pat Metheny : ce DVD-audio est le parfait bonus du DVD de concert.

Spyro Gyra : Original Cinema (SACD hybride) 7.5/10 -->A part la voie centrale et le subwoffer, ce "mixage multicanal" se borne essentiellement à reproduire (à quelques proportions près) la scène arrière sur les voies arrières : pourquoi retrouve-t-on par exemple le saxophone au même niveau sur les surrounds que sur la voie centrale? Bref, un mixage 5.1 qui même s'il est très immersif reste peu inspiré pour une musique de toutes façons peu originale; un parfait disque d'ambiance que l'on n'est pas obligé d'écouter religieusement...

Jean-Michel Jarre : Aéro (DVD musical avec DTS) : 10/10 -->Il n'y a pas de mixage 5.1 plus démonstratif : entre les sons de la musique, les effets de vent, pluie, oiseaux, ect, il y en a dans les moindres recoins de l'espace sonore. Et ça nous tourne autour. Alors bien-sûr, heureusement que tous les albums ne sont pas mixés de manière aussi exhubérante (j'ai en tête l'analogie avec l'aspect visuel du film Traffic pour le cinéma) mais pour la musique électronique, cela s'y prête très bien. D'autant plus que finalement ce genre est très peu représenté en multicanal. Bref, on ne s'ennuie jamais de la 1ière à la 74ième minute (même si cela pourrait fatiguer certains). Avec cet album, inutile en tous cas de télécharger les "idioties multicanales" (hors concert Musique à Neuf chroniqué) de la radio suédoise SR Multikanal. Avoir un ensemble cohérent d'enceinte est préférable (cohérence des sons qui se déplacent).
Note : pour accompagner la musique, vidéo des yeux d'Anne Parillaud qui regarde un peu à gauche...un peu à droite...en haut...et soudain qui ferme les yeux...qui les réouvre...bref, c'est...conceptuel...
Dans le livret (en Anglais!!!), J.M. Jarre explique ce qu'il a voulu procurer comme expérience avec ce mixage 5.1 à partir d'anciens morceaux : il a pu leur donner l'espace qui correspond à ce qu'il avait toujours eu en tête en les composant.

Alicia Keys : Songs in A Minor (DVD audio) : 7.5/10 -->De la soupe...et sans épaisseur en plus. Je m'explique : les sons sont synthétiques et plats (piano et violons doivent être issus d'un synthétiseur, sinon c'est quand-même l'impression que ça donne), les chœurs sont uniformes et sans saveur (du calibré tube pour radio). Le degré multicanal est assez important (pas tout le temps) mais d'une part la voix d'Alicia n'a aucune directivité (elle vient de l'"avant" mais impossible de situer...et pour cause puisqu'elle est diluée sur les 3 enceintes frontales) et les arrières essentiellement utilisés par les nappes des chœurs apportent (pas tout le temps) de l'envergure mais par rapport aux tops mixages, il manque de la liaison entre l'avant et l'arrière pour constituer une scène 3D totalement remplie.
Note : en bonus 3 clips vidéo (en stéréo, c'est malin...), paroles des chansons pendant l'écoute (si on les sélectionne), biographie (en anglais).

Jerry Goldsmith : Star Trek (SACD hybride) : 5/10 -->Franchement, le mixage 5.1 apporte une microscopique pincée d'envergure par rapport à la stéréo. Apport anecdotique à la bonne stéréo.

Jerry Goldsmith : Timeline (SACD hybride) : 6/10 -->Par rapport à Star Trek, le gain d'envergure est plus net, mais ça reste extrêmement frontal...

Insane Clow Posse : Shangri La (DVD audio) : 9.5/10 -->Comme tous les titres de DTS Entertainment, il vaut mieux écouter la piste DTS que la piste PCM de la section DVD-audio... D'autant plus qu'ici, outre le fait que la PCM est plus "plate" son 5.1 laisse un trou béant par rapport au DTS ES Discrete (6.1) puisqu'on perd cette précieuse centrale arrière. Donc si on parle de la piste DTS, ça fuse(beugle) dans tous les sens avec des basses d'outre-tombe et une enceinte centrale arrière exploitée comme rarement (y compris dans les films!, exemple piste 3). A condition d'aimer la musique, l'achat est indispensable.
Note : paroles des chansons pendant l'écoute, + 1 clip vidéo (DTS ES Discrete)

Mike Oldfield : Tubular bells (SACD hybride) : 8.5/10 -->Transposition sur SACD du remixage quadriphonique (4.0) de 1975. Le son, bien que trahissant son âge, est très propre. Mais ce qui frappe, c'est la philosophie du mixage bien différente de ce qu'on ferait aujourd'hui : chacune des 4 enceintes "joue sa partition" autour d'une dualité entre une large stéréo avant et un apport des surrounds qui ne dupliquent rien de la scène avant mais participent au morceau comme un (ou plutôt 2) musiciens. C'est une belle réussite malgré le fait qu'on dispose désormais de quelques enceintes supplémentaires et une curiosité à découvrir.

Vivaldi: La Stravaganza - Podger/Arte Dei Suonatori (double SACD hybride) : 8.5/10 --> Pas grand chose à reprocher, que ce soit dans l'exécution de la musique ou dans sa retranscription technique (via enregistrement digital d'origine, 2003). Le mixage multicanal apporte une très grande envergure (supérieure à la majorité des albums de classique sur SACD) même s'il ne révolutionne rien. Comme reproche, j'aurais aimé pouvoir mieux localiser les instruments en particulier grâce à une centrale mieux exploitée, pourquoi pas pour la soliste d'ailleurs... La précision et l'amplitude ne sont pourtant pas forcément antinomique (cf autres exemples). Durée : 1h45.

Bach : Organ Spectacular (DVD audio) : 5/10 -->Pour moi, c'est un brouhaha complet, et même aggravé par la technique approximative de l'organiste. Mais peut-on avoir un meilleur enregistrement dans une église où l'acoustique est généralement ignoble? Je manque de références dans le domaine et peut-être mon avis ne sera pas partagé par tous. En tous cas pour moi, c'est ennuyeux et même fatiguant à écouter!
Note : livret en 3 langues intéressant (on apprend notamment l'évolution de l'orgue depuis 1727 jusqu'à la restauration de 1972) et SURTOUT extraits d'une minute chacun de 10 DVD-audio du même éditeur (quelle belle initiative!!)


LTJ Bukem : Planet Earth (DVD DTS + CD DTS) : 8.5/10 -->Moins démonstratif que ses camarades du même genre (Jarre que j'aurais plus tendance à recommander ou BT), ce type de musique électronique est plus posé (mais néanmoins trop répétitif à mon goût) et d'ailleurs, la 6ième enceinte du DTS ES est anecdotique.
Note : bonus amusant "Music Breakdown" qui décompose visuellement l'apparition des instruments au cours d'un morceau; il y a sinon des biographies (anglais) et les jaquettes (!!) des autres albums (on aurait mieux aimé des extraits!!!). PS : à quoi sert le CD en DTS? : en 2005, tout le monde a un lecteur DVD...

Super Artists on Super Audio (SACD hybride de démo): 4/10 -->Du multicanal qui le goût du stéréo. Ca n'empêche pas d'avoir pas mal de bons morceaux comme le 3 (C. Frank, Sonata in A minor) et même de la bonne qualité audio (la mauvaise note est donc du au parti pris multicanal uniquement) mais ce n'est clairement pas une démo en faveur du multicanal. Musique classique.

 

Brazilian Jazz / Brazilian Romance (DVD audio) : 9.5/10 - 9/10 -->En commun sur ces 2 albums : de nombreux thèmes entraînant et un mixage multicanal d'une belle ampleur. Tout ceci est "Pre-Mastered in 96 Khz/24bits" mais allez savoir pourquoi, seul Brazilian Jazz a ses pistes (PCM et DTS) et 24/96... Petit bémol aussi dans l'ampleur qui est parfois ponctuellement exagérée sur Brazilian Romance (franchement l'harmonica plein pot sur toutes les enceintes dans le titre "Wascente", c'est too much!).

CD en DTS
Musique à Neuf : Prix Europa Opening Concert (CD en DTS) 9.5/10 --> Quel bonheur qu'on nous propose ce concert de façon gratuite et léale dans un somptueux mixage 5.1 (j'ai fait toutes les recherches possibles sur le groupe, c'est loin d'être un grand groupe pour lequel on aurait pu s'attendre à des moyens pareils. De quoi mettre en touche bon nombre de SACD et DVD-audio sur un simple CD. Alors avec un peu d'oreille, on regrette justement qu'il ne soit pas sorti sur ces supports HD pour un son encore plus détaillé mais le mixage est un vrai bonheur.
Ca méritait 10/10 mais c'est pour l'absence de commercialisation sur un support plus noble mais merci pour le cadeau!

Belinda Carlisle : A Woman & a Man (CD en DTS) 9/10 --> la voix est répartie sur la scène frontale selon la répartition suivante : seule et pure en centrale et avec réverb et autres instruments en stéréo. Autour de ça, le mixage 5.1 est complètement immersif. Je regrette juste un certaine agressivité du son (peut-être due au DTS basse résolution du CD par rapport à des écoutes plus souvent HD)


Téléchargement
2L/ Divers morceaux (téléchargement en PCM 24/96) 8.5/10 -->Pour décrire l'ensemble de ces 7 morceaux 5.1, on peut dire que les mixages emploient avec justesse le 5.1 pour en montrer les différentes utilisations. D'un grand apport d'envergure comme Mozart ou Britten, progressif dans Ola Gjeilo ou logiquement plus anecdotique dans Beethoven (piano solo). De toutes façons, c'est un cadeau alors aucune raison de se priver!

DVD de concert
Alicia Keys : Unplugged (DVD de concert) 10/10 -->Au niveau du concert lui-même, on trouve une chanteuse d'une générosité rare : la chanteuse communique de toutes les façons possibles avec son public (salle de dimension intimiste) par son attitude, son sourire et ses regards, ses histoires, etc. Malgré le nom"unplugged", il y a quand-même des cuivres, des cordes, 4 choristes et elle qui s'accompagne avec son piano (elle en joue très bien d'ailleurs). Au niveau technique, la vidéo offre le maximum qu'on puisse attendre du DVD, et au niveau audio, bien qu'on n'ait que du Dolby Digital, la voix d'Alicia est parfaitement mise en valeur par l'enceinte centrale tandis que les chœurs sont en stéréo avant, et le reste, sans être un sommet de démonstrativité est parfaitement en place sur l'ensemble de l'espace sonore et les basses sont massives et ciselées.


 

Published by ***Christophe*** - dans Musique multicanale
commenter cet article

commentaires